Nouvelles

Aucune information obligatoire sur les programmes de soins de santé

Aucune information obligatoire sur les programmes de soins de santé


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

LSG Stuttgart: Mais pas non plus de "vivre dans un monde analogique"
L'introduction de la carte de santé électronique est fondamentalement légale. Cependant, la protection des données ne doit pas être compromise par le stockage de diverses informations complémentaires sur le «statut de la personne assurée», a décidé le tribunal social du Land de Bade-Wurtemberg (LSG) à Stuttgart dans un arrêt publié le mercredi 20 juillet 2016 (numéro de dossier: L 11 KR 2510/15 ).

Les cartes de santé électroniques sont émises par les compagnies d'assurance maladie depuis 2013. Depuis 2015, les prestataires de services ne sont plus autorisés à reconnaître d'autres preuves. En conséquence, le LSG Stuttgart a souligné que les assurés doivent présenter la carte à leur médecin pour pouvoir bénéficier d'un traitement aux frais de l'assurance maladie légale.

Déjà le 18 novembre 2014, le Tribunal social fédéral (BSG) de Kassel avait jugé que la carte de santé avec photo et puce de données ne violait pas le droit à l'autodétermination informationnelle; l'ingérence dans la protection des données était "justifiée par des intérêts généraux supérieurs" (numéro de dossier: B 1 KR 35/13 R; rapport JurAgentur du jour de l'arrêt).

Le LSG Stuttgart l'a maintenant rejoint. Le droit fondamental à l'autodétermination informationnelle ne confère «aucun droit d'empêcher la numérisation et de continuer à vivre dans un monde analogique». Le stockage de nombreuses données sensibles est de toute façon volontaire.

Le "statut assuré" est l'une des données obligatoires stockées. Cela signifie généralement si l'assuré est un membre de la famille, un membre de la famille ou un pensionné de l'assurance maladie légale.

Cependant, les compagnies d'assurance maladie ont convenu avec l'Association nationale des médecins légaux d'assurance maladie que des "caractéristiques améliorant le statut" devraient être sauvegardées sans le consentement de l'assuré. Cela comprend la participation à des programmes de soins spéciaux, par exemple avec certains spécialistes ou en ce qui concerne les maladies chroniques telles que le diabète.

LSG Stuttgart est convaincu que cela n'est pas couvert par les exigences légales. Le terme «statut de personne assurée» ne doit pas être «rempli de manière arbitraire et élargi en termes de données», indique-t-il dans l’arrêt du 21 juin 2016, qui a maintenant été publié par écrit

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Les aliments pour renforcer votre immunité et doù vient le Coronavirus avec le Dr Curtay (Mai 2022).